Parution du livre « Rochefort, arsenal des colonies au XVIIIe siècle »

Rochefort

Sébastien Martin, Rochefort, arsenal des colonies au XVIIIe siècle, Rennes, Presses universitaires de Rennes au XVIIIe siècle, 2015. 

Arsenal modèle de Louis XIV, Rochefort fut au XVIIIe siècle une base navale qui reçut la mission originale d’assurer pour la France le ravitaillement de ses possessions coloniales dans le monde atlantique (Nouvelle-France, Caraïbe, Guyane et comptoirs africains). Avec la fin du monopole de la Compagnie des Indes, l’aire de cette logistique d’État s’étendit même un temps aux Mascareignes. Véritable « porte des colonies », Rochefort fut le lieu de concrétisation de la politique coloniale de la France au siècle des Lumières. Pour se faire, la Marine mobilisa navires, infrastructures portuaires et réseaux d’approvisionnement, selon un processus d’une modernité confondante.

Avec cet éclairage sur son « Service des colonies », Rochefort est désormais l’un des arsenaux français les mieux connus. Dans le domaine de l’économie, l’étude donne un aperçu supplémentaire des retombées économiques – directes ou indirectes – que les activités des villes-arsenaux produisirent dans la France préindustrielle. «Ville nouvelle» depuis la création de l’arsenal, Rochefort fut aussi une ville ouverte, plus habituée que les autres arsenaux aux ambiances exotiques grâce à ses relations privilégiées avec les colonies. La réalité des intérieurs rochefortais et l’existence de « familles atlantique » témoignent ainsi de la porosité qui exista entre l’arsenal et son environnement urbain.

À partir d’un corpus documentaire peu ou pas exploité, cet ouvrage livre au lecteur une nouvelle facette de la ville-arsenal, autant qu’il éclaire l’aspect formateur des activités d’une marine de guerre dans l’administration moderne de l’État.  

On peut consulter le sommaire sur le site de l’éditeur.

Parution du livre « La Grande Usine à tulle »

borde-livre-cidm-copie.jpg

Christian BORDE et Xavier MORILLION, La Grande usine à tulle. Histoire de l’usine Boulart, site de la Cité Internationale de la Dentelle et de la Mode à Calaisparution le 20 septembre 2014. 

Depuis juin 2009, grâce à l’action conjuguée de la Ville de Calais et de l’Association TRAME-Dentelle, la Cité Internationale de la Dentelle et de la Mode est devenue un pôle de développement du savoir-faire dentellier à Calais, en France et en Europe. Elle est installée dans les murs de l’usine Boulart, ancienne fabrique de tulle et dentelles.

L’ouvrage retrace l’histoire de ce site industriel patrimonialisé, de son implantation et de son évolution entre 1809 et 1999 en précisant le contexte historique : les conjonctures économiques et financières très fluctuantes pour une production soumise aux caprices de la mode et aux incertitudes des exportations sur le marché mondial, et, sur le plan local, la difficile gestion du réseau hydrographique d’une zone de polder encore mal drainée par la « rivièrette » de l’Abyme.

Dans cette histoire très mouvementée, le facteur humain à une place essentielle : « l’entreprise c’est l’entrepreneur », rappelle Bruno Béthouart dans sa préface. Construite sur les ruines d’une tannerie très polluante par un industriel qui fait faillite à la suite d’emprunts aventureux, elle est reprise par la famille Boulart en 1878 qui loue des « occupations » à des fabricants de dentelles très nombreux, que l’ouvrage invite à découvrir jusqu’à l’orée de la phase de patrimonialisation dans les années 1980.

Christian Borde, maître de conférences en histoire contemporaine à l’ULCO, spécialiste d’histoire maritime et histoire des entreprises, a travaillé en collaboration avec Xavier Morillion, notaire honoraire, pour cette restitution historique et patrimoniale d’un échantillon de firmes très révélatrices de l’entrepreneuriat calaisien. Le livre est coédité par l’Université du Littoral-Côte d’Opale, l’association TRAME-Dentelle et la Cité Internationale de la Dentelle et de la Mode.