Ateliers, colloques, journées d’étude, séminaires récents

Journée d’étude « La construction navale et la ville de Dunkerque, XVIIe-XXe siècle »

Jeudi 27 avril 2017, Boulogne-sur-Mer, Centre universitaire du Musée, Amphi 1

Télécharger l’affiche et le programme.

Contact : Laurent Warlouzet.

—————————


Colloque « Communautés maritimes et insulaires du premier Moyen Âge »

Boulogne-sur-Mer, Centre universitaire du Musée, vendredi 10 et samedi 11 mars 2016

Dans le cadre du programme européen « Communautés du haut Moyen Âge », un colloque sur le thème des « Communautés maritimes du premier Moyen Âge » se tiendra à l’Université du Littoral Côte d’Opale. Il est organisé par Alban Gautier (ULCO) et Lucie Malbos (Université d’Évry).

Télécharger l’argumentaire (en français et en anglais) et le programme du colloque, ainsi que les résumés des communications.

Contact : Alban Gautier.

—————————


Table ronde : « Les formes légales d’exploitation des Amérindiens à l’époque coloniale »

Boulogne-sur-Mer, Centre universitaire du Musée, mercredi 8 février 2017, 14h-18h.

Télécharger l’affiche.

Coordination scientifique et contact : Éric Roulet.

—————————


Séminaire doctoral : « Représentations modernes et contemporaines des Nords médiévaux »

Année 3 : « Pratiques et politiques des des Nords médiévaux »

Villeneuve-d’Ascq, Université Lille 3, IRHiS, vendredi 20 janvier
Boulogne-sur-Mer, Centre universitaire du Musée, vendredi 17 mars
Bruxelles, Université libre de Bruxelles, vendredi 12 mai

Trois journées de séminaire doctoral, pour explorer les formes diverses qu’a pu prendre la référence à l’Europe du Nord médiévale dans les cultures des époques moderne et contemporaine. Le séminaire est organisé par l’École doctorale SHS Lille Nord de France, il s’inscrit dans le réseau RIM-Nor.

Renseignements : Alban Gautier.

Télécharger l’argumentaire du séminaire en français et en anglais, et le programme de l’année 2017.

Les résumés des communications seront déposées au fur et à mesure sur le site du réseau RIM-Nor.

—————————


Séminaire doctoral « Barbares et barbarie »

Gaulois

Séminaire coordonné par Joëlle Napoli.

Thème de l’année : « Barbares aux frontières »

Voir le programme du séminaire sur le site du département d’histoire.

—————————


Journée d’étude « De la Mer du Sud à l’Océan Pacifique. Exploration et savoirs nautiques, XVIe-XVIIIe siècle »

je-erouletBoulogne-sur-Mer, Centre universitaire du Musée, lundi 12 décembre 2016, 10h-17h

Coordination scientifique : Éric Roulet.

  • 10 h : Éric Roulet (ULCO) : Cortés et la Mer du Sud
  • 11 h : Romain Bertrand (IEP Paris) : La dernière Conquête ? Les Espagnols aux Philippines (c. 1565-1600)
  • Pause 12h-14h
  • 14 h : Camille Blachère (ULCO) : Savoirs astronomiques et exploration à visée coloniale
  • 15 h : Anne-Gaëlle Weber (Université d’Artois) : Les voyages du capitaine Cook ou l’apogée du voyage scientifique
  • 16h : Géraldine Baron (ULCO) : À la recherche de Lapérouse. Les expéditions de Dumont d’Urville et Pâris.

Télécharger l’affiche de la journée.

—————————


Journée d’étude « Les marchés publics en France, XVIIe-XIXe siècle »

Jeudi 8 septembre 2016, Université du Littoral-Côte d’Opale, Boulogne-sur-Mer

Organisateurs :

  • Stéphane Durand (Centre Norbert Elias-UMR 8502, Université d’Avignon)
  • Sébastien Martin (CRHAEL-EA 4030, Université du Littoral-Côte d’Opale)
  • David Plouviez (CRHIA-EA 1163, Université de Nantes)

Télécharger l’argumentaire du colloque.

—————————


Colloque international « L’entreprise maritime dans le monde occidental. Essai de définition, XVIe-XXIe siècles »

affiche entreprise

Boulogne-sur-Mer, Université du Littoral Côte d’Opale, 10-11-12 mars 2016

Responsables scientifiques : Christian Borde et Éric Roulet.

Télécharger l’argumentaire et le programme du colloque.

—————————


Journée d’étude « Du sucre et des esclaves »

Sucre Esclaves

Mercredi 2 mars 2016, 10 h 30 – 17 h, Centre universitaire du Musée, Boulogne-sur-Mer

  • 10h30 : Introduction générale
  • 10h45 : Benjamin Steiner, « Richelieu et les premières compagnies de traite africaine »
  • 12h : Pause
  • 14h00 : Benjamin Steiner, « L’esclavage, le sucre et l’économie atlantique. Le système du commerce triangulaire en France, en Afrique et aux Caraïbes »
  • 14h45 : Jérôme Caron, « Le trafic négrier sur les côtes de Guinée au début du XVIIIe siècle »
  • 15h15 : Éric Roulet, « L’économie de l’habitation sucrière aux Petites Antilles »

—————————


Cycle de conférences sur la Syrie médiévale et contemporaine

Trois conférences de M. Haytham Hasan

Boulogne-sur-Mer, Centre universitaire du Musée

Haytham Hasan est Co-directeur du Service des Fouilles et des Études Archéologiques à la DGAMS, Directeur du Département d’Archéologie Islamique et Consultant de l’Institut des Études Ismaéliennes à Londres

  • Mardi 23 février 2016, 14h30-16h (salle 14M) : « Les châteaux croisés en Syrie et leur rôle dans l’affrontement entre les Francs et les musulmans aux XIIe et XIIIe siècles : l’exemple du Crac des chevaliers »
  • Mercredi 24 février 2016, 10h30-11h30 (salle 24M) : « Jeu politique et terrorisme au Proche-Orient. Point de vue sur la crise actuelle »
  • Mardi 1er Mars 2016, 14h30-16h (salle 14 M) : « L’État des Ismaïliens nizarites de Syrie et ses relations avec les Francs aux XIIe et XIIIe siècles ».

Télécharger l’affiche.

—————————


Séminaire doctoral « Barbares et barbarie »

Gaulois

Le séminaire de laboratoire de l’UR H.L.L.I. (EA 4030) prend la forme de quatre journées d’étude de 6 h chacune. Les séminaires auront lieu à Boulogne-sur-Mer, au 2e étage du Pôle de Recherche SHS, 25, rue Saint-Louis.

Présentation du thème du séminaire

Chez Homère et Eschyle, les étrangers qui ne parlaient pas le grec étaient qualifiés de barbares, car ils le parlaient mal ou ne le parlaient pas et faisaient entendre des bredouillements incompréhensibles. L’expression n’est pas méprisante, mais la perception du barbare évolue très vite au contact des guerres médiques qui amènent les Grecs à construire leur identité culturelle et leurs valeurs en face de leurs irréductibles ennemis. Dès lors, le barbare devient un étranger à leur civilisation, un anti-modèle. Un Autre inassimilable. Désormais s’installe une vision négative des barbares qui seront vus à travers la norme éthique et culturelle des Grecs, une vision dont hériteront les Romains, même si ceux-ci ont parfois délibérément choisi de les intégrer à leur Empire par pragmatisme politique. Cette représentation dichotomique opposant civilisés et non civilisés s’est durcie lorsque les Goths, les Vandales, les Huns, parmi d’autres barbares, envahissent les anciennes provinces romaines. Dès l’Antiquité tardive et plus encore au Moyen Âge, l’image du barbare se complexifie en revêtant à l’occasion une dimension religieuse qui était tout à fait étrangère aux conceptions antiques : en effet, le barbare se superpose de plus en plus au païen, voire à l’hérétique, sans pour autant se confondre avec eux. La découverte de mondes nouveaux conduit bien souvent à une appréciation dévalorisante des peuples rencontrés. Leurs mœurs étonnent et parfois même révulsent. Les sacrifices humains et l’anthropophagie des Amérindiens amènent les Européens du XVIe siècle, quoique fascinés par certains aspects de leur culture, à parler de barbarie et à tenter de les « civiliser ». Mais cette incompréhension n’est pas le seul fait des Européens. Les Aztèques des hauts plateaux mexicains considéraient eux même comme barbares les peuples semi-nomades du nord du pays qui vivaient de chasse et de cueillette.

Pour l’historien, cette vision de l’Autre permet certes de cerner les principes fondamentaux sur lesquels se construisent les civilisations et en particulier la civilisation européenne, mais nuit à la connaissance intrinsèque des barbares qui ont rarement parlé d’eux-mêmes et dont les usages ont été souvent caricaturés, incompris ou tout simplement passés sous silence. En Orient comme en Occident, des civilisations ont nourri aussi des barbaries endogènes qui ont franchi les frontières de l’humain, en programmant les premiers génocides de l’histoire, un phénomène sur lequel les philosophes, les littéraires et les historiens n’ont pas fini de s’interroger. En ce début du XXIe siècle, avec les attentats du 11 septembre et l’intensification du terrorisme, la barbarie tend à la négation de l’Autre et de sa civilisation et peut-être même de toute civilisation et elle n’en est que plus difficile à appréhender.

La représentation des barbares et de la barbarie a beaucoup évolué de l’Antiquité à l’époque Contemporaine. Les barbares eux-mêmes furent tantôt victimes, tantôt bourreaux. Avons-nous raison d’utiliser ce mot partout et en toutes occasions, de globaliser un terme qui recouvre des réalités très différentes ? Il devient nécessaire de contextualiser la connaissance du monde barbare, d’envisager même de dissocier parfois les concepts de « barbares » et de « barbarie », comme le fait Roger-Pol Droit (Généalogie des Barbares, 2007). En gardant à l’esprit que l’histoire des barbares est toujours, ou presque toujours, tributaire de l’histoire de la représentation du monde barbare.

Programme

3 mars 2016 : Étranger et étrange. Images de barbares dans l’ Antiquité 

9h30-12h30

  • J.-L. Podvin : « La vision des étrangers en Égypte pharaonique »
  • D. Gondicas : « Qu’est-ce qu’un barbare dans la Grèce antique ? »

14h-17h :

  • J. Napoli : « Nudité, tatouage, cheveux longs : portraits de barbares à l’époque romaine »
  • J. Bel : « Le limes germano-rétique : perceptions d’une frontière de l’époque romaine à nos jours »

17 mars 2016 : Images de barbares au Moyen Âge : une autre vision de l’Autre ?

9h30-12h30 :

  • A. Lestremau : « Filii paganorum non imitantes paternos ritus. L’évolution de la notion de barbarie pendant la période anglo-saxonne »
  • A. Gautier : « Saints et barbares ? Modèles paradoxaux de sainteté dans un monde post-romain (VIe-XIIe siècle) »

14h-17h :

  • S. Joye : Université de Reims/Institut Universitaire de France, « La femme barbare, idéaux et fantasmes »
  • J. Devaux : « Hommes et terres des confins dans la littérature française du Moyen Âge tardif »

31 mars 2016 : Des barbares à la barbarie. Époques moderne et contemporaine

Nota : la journée d’étude qui devait avoir lieu le 31 mars est annulée et reportée au mois de juin, à une date encore indéterminée.

9h30-12h30 :

  • E. Roulet : « Sacrifices humains et anthropophagie des indiens du Mexique ou les limites de la civilisation »
  • C. Borde : « La guerre sous-marine : « Barbarie des Huns occidentaux » face au droit international (1915-1919) »

14h-17h :

  • S. Martin : « S’allier avec les barbares: la France et les Indiens de Nouvelle-France au XVIIIe siècle »
  • L. Ma : « Frontière et défense : la construction de la Grande muraille et la défense contre les mœurs et invasions des barbares »

30 mars 2016 : Barbares au cinéma et dans la littérature contemporaine

9h30-12h30 :

  • M. Rolland : « L’image des Indiens d’Amérique dans le western hollywoodien »
  • C. Vetters : « La représentation hollywoodienne des extra-terrestres, nouveaux barbares du XXe siècle »

14h-17h :

  • M. Arouimi : « Alchimie du barbare »
  • B. Santini : « Évoquer la barbarie pour mieux en réchapper. Le cas de la poésie chilienne des XIXe-XXIe siècles »

—————————


Séminaire « Représentations modernes et contemporaines des Nords médiévaux »

220px-Brunhild_(Postkarte),_G._Bussiere,_1897

Année 2 : « Mémoires et cultures des Nords médiévaux »

Villeneuve-d’Ascq, Université Lille 3, IRHiS, vendredi 5 février
Boulogne-sur-Mer, Centre universitaire du Musée, vendredi 18 mars
Bruxelles, Université libre de Bruxelles, vendredi 20 mai

Trois journées de séminaire doctoral, pour explorer les formes diverses qu’a pu prendre la référence à l’Europe du Nord médiévale dans les cultures des époques moderne et contemporaine. Le séminaire est organisé par l’École doctorale SHS Lille Nord de France, il appartient au réseau RIM-Nor.

Renseignements : Alban Gautier.

Télécharger l’argumentaire du séminaire en français et en anglais, et le programme de l’année 2016.

Les résumés des communications sont disponibles sur le site du réseau RIM-Nor.

—————————


Colloque « Paradigmes rebelles »

Paradigmes

Madrid, Casa de Velásquez, 26-28 novembre 2015

Colloque organisé avec le soutien du laboratoire HLLI (équipe CRHAEL). Organisateur : Éric Roulet.

Télécharger l’affiche et le programme.

—————————


Journée d’étude « Les produits coloniaux. Types de cultures et modes de production (XVIe-XVIIIe siècle) »

 Produits coloniaux - copieBoulogne-sur-Mer, Centre universitaire du Musée, mercredi 18 novembre 2015, 14h-18h

Programme :

  • Eric Roulet : présentation générale
  • Christian Schnakenbourg : « L’économie sucrière aux Antilles »
  • Eric Roulet : « Le développement de l’indigo américain au XVIIe et au XVIIIe siècle »
  • Jérôme Caron : « Le commerce de la main d’œuvre servile »

Télécharger l’affiche de la journée.

—————————


Colloque «Robert Fossier. Les hommes et la terre. L’histoire rurale médiévale d’hier et d’aujourd’hui»

Fossier image

Valenciennes, 26 et 27 novembre 2015, Campus du Mont-Houy, Bâtiment Matisse, Amphi 150

Ce colloque est organisé avec le soutien du laboratoire HLLI (équipe CRHAEL).

Télécharger l’affiche et le programme.

—————————


Journée d’étude et assemblée générale du réseau Ménestrel

ban_gauBoulogne-sur-Mer, Centre universitaire du Musée, vendredi 2 octobre 2015, 9h30-18h : Journée d’étude «Les frontières disciplinaires au pays des médiévistes»

Saint-Omer, Bibliothèque d’Agglomération, samedi 3 octobre 2015, 10h-17h : Visite de la Bibliothèque, de l’exposition «Jeux de mains : portraits de scribes», et Assemblée générale du réseau 

La journée d’étude annuelle et l’assemblée d’automne du réseau Ménestrel se tiendront entre Boulogne-sur-Mer et Saint-Omer, villes qui abritent deux structures partenaires du réseau : le laboratoire HLLI et la Bibliothèque d’Agglomération de Saint-Omer. Le HLLI (UR 4030, Université du Littoral Côte d’Opale) est un laboratoire pluridisciplinaire qui réunit historiens, linguistes et littéraires : il compte quatre médiévistes, deux au sein de l’axe « Centre de recherche en histoire atlantique et littorale » (Alban Gautier et Christine Jéhanno), et deux au sein de l’axe « Modalités du fictionnel » (Jean Devaux et Matthieu Marchal). La Bibliothèque de Saint-Omer possède un riche fonds de manuscrits médiévaux ; elle est partenaire de plusieurs programmes pédagogiques et scientifiques, en particulier avec l’École nationale des Chartes et l’IRHT (projet coordonné par Dominique Stutzmann et, à Saint-Omer, par Rémy Cordonnier).

Télécharger l’argumentairel’affiche et le programme de ces journées.

—————————


Journée d’étude «Le monde des compagnies (1)»

Compagnies imageLe monde des compagnies (1) : structure et fonctionnement des grandes compagnies de commerce du premier XVIIe siècle

1ère rencontre internationale

Direction scientifique : Eric ROULET

23 septembre 2015, Boulogne-sur-Mer, Centre universitaire du Musée, Salle des actes

  • 9h Eric ROULET (Université du Littoral) : présentation générale du projet sur les premières compagnies de commerce

Séance du matin : Organisation et finalités des compagnies

  • 9h10 Benjamin STEINER (Université d’Erfurt) : La première compagnie du Sénégal à Rouen (1633) : l’institutionnalisation du commerce africain privilégié sous l’administration de Richelieu
  • 9h50 Pieter EMMER (Université de Leyde) : La Compagnie néerlandaise des Indes Occidentales : instrument de guerre ou de l’économie ?
  • 10h30-10h45 : pause
  • 10h45 Elodie PEYROL-KLEIBER (Université de Poitiers) : The Virginia Company of London
  • 11h25 Eric ROULET (Université du Littoral) : D’une compagnie à l’autre. Les statuts des premières compagnies françaises des Antilles (1626-1635)

12h15-14h repas

Séance de l’après-midi : Modèles et influences

  • 14h Élisabeth HEIJMANS (Université de Leyde) : Pâle copie de ses homologues anglaise et hollandaise ? La Compagnie française de Guinée au sein d’un aperçu comparatif des compagnies de commerce européennes actives sur la côte occidentales d’Afrique à la fin XVIIe siècle
  • 14h40 Marion GODFROY (C.H.R.Q, Caen) : La France Equinoctiale et les compagnies sous l’impulsion de Lefevre de La Barre
  • 15h20-15h35 pause
  • 15h35 Helen DEWAR (Boston College) : Une rupture avec le passé ? La Compagnie de la Nouvelle France dans le contexte transatlantique des compagnies de commerce françaises au début du XVIIsiècle
  • 16h15 Amélia POLONIA (Université de Porto) : Construire un empire sans compagnies commerciales : le cas portugais – l’Atlantique versus l’Océan Indien

17h conclusion et fin des travaux.

Contact : eric.roulet[at]univ-littoral.fr

—————————


Journée d’étude «Louis Carton, de Saint-Omer à Tunis»

Louis Carton Boulogne-sur-Mer, jeudi 21 mai 2015

Louis Carton, natif de Saint-Omer en 1861, fait partie des pionniers de l’archéologie française en Afrique du Nord, à la fin du XIXe siècle et au début du XXe. Après des études de médecine à Lille, il rejoint l’armée dans laquelle il effectue toute sa carrière. Ce médecin militaire, fervent adepte du colonialisme, se passionne pour l’archéologie alors qu’il sert en Tunisie à partir de 1886. Découvreur de plusieurs sites puniques et romains comme Bulla Regia, il entre en conflit avec les autorités archéologiques qui se mettent en place à cette époque. Partisan d’un tourisme à vocation culturelle, il se montre soucieux de la protection du patrimoine tunisien, qu’il contribue à sauvegarder jusqu’à la fin de sa vie. Membre de l’Institut, il reste cependant très lié à son Audomarois natal – il est membre de la Société des Antiquaires de la Morinie – et il est inhumé à Tatinghem en 1924. 

Organisation scientifique : Jean-Louis Podvin

Contact et inscriptions : Catherine Wadoux, wadoux[at]univ-littoral.fr

Télécharger l’affiche et le programme.

—————————


Journée d’étude «Capitaines, pilotes, marins : parcours de vie»

affiche-capitaine-pilote.jpg Boulogne-sur-Mer, Centre universitaire du Musée, 16 avril 2015

  • 9h45 : B. Carpentier, « Giovanni Andrea Doria, capitaine général de la mer et entrepreneur de la guerre. Trajectoire individuelle, dynamiques collectives et définition d’une politique guerrière globale (1584-1602) »
  • 10h45 : C. Borde, « Le Capitaine Guérin et son journal de bord (1862-1863) »
  • 11h45 : J. Napoli, « Pythéas et la découverte des îles Britanniques »
  • 12h45 : repas
  • 14h : L. Turgeon, « Français et Amérindiens en Amérique du Nord : contacts, échanges et métissages »
  • 15h : É. Roulet, « Capitaines et pilotes sur la route des Antilles au XVIIe siècle. Essai de typologie »
  • 16h : J. Caron, « Jean Dutertre Hardouin, un capitaine négrier nantais au début du XVIIIe siècle »

—————————


Journée d’étude «Le marché atlantique des couleurs»

Indigo Le marché atlantique des couleurs. Processus de diffusion, concurrence et impact sur l’économie commerciale européenne (XVe-XVIIIe siècle)

Boulogne-sur-Mer, Centre du Musée, mardi 16 juin 2015

À l’époque moderne, la dissémination de la culture des plantes tinctoriales entre les territoires bordant l’Atlantique fut un fait majeur de l’interdépendance entre les trois continents. Leur commercialisation joua un rôle moteur dans la globalisation des trafics et dans l’homogénéisation des pratiques et des standards de production. Acheteur principal, l’industrie textile européenne attira bois rouge de Brésil, bois jaune de Cuba, indigo du Guatemala, pastel des îles ou cochenille du Yucatan ainsi que de nombreux autres colorants.

Si certains aspects de ces activités ont été étudiés, les essais d’introduction de ces plantes dans de nouveaux territoires, le rôle des Etats dans ces initiatives, leur incidence sur les marchés européens demeurent en revanche largement ignorés. Nous proposons un double questionnement. Le premier aborderait les avantages comparatifs des teintures extra-européennes (profits et qualités notamment) par rapport aux productions européennes et l’identité des acteurs qui commercialisaient les nouvelles plantes en collusion avec les gouvernements. La seconde piste de réflexion traiterait l’impact de ces nouvelles teintures sur le développement de l’industrie textile européenne. Dans quelles mesures modifièrent-elles les modes de production et contribuèrent-elles au développement de l’activité des drapiers ? Et comment les producteurs de teintures en Europe réagirent à cette invasion massive ?

Journée organisée par Jean-Philippe Priotti et Éric Roulet. Renseignements auprès de Catherine Wadoux : wadoux[at]univ-littoral.fr.

Télécharger l’affiche de la journée.

—————————


Cycle de conférences sur l’Amérique du Nord aux XVIe et XVIIe siècles

turgeon-image.jpg Cycle de conférences de M. Laurier Turgeon, Université Laval (Québec), professeur invité
Ce cycle de conférences est proposé dans le cadre du séminaire de master « Les sociétés atlantiques ».

  • jeudi 2 avril, 15h-18h : « Les pêches françaises à Terre-Neuve aux XVIe et XVIIe siècles »
  • jeudi 16 avril, 15h-18h : « Français et Amérindiens en Amérique du Nord : contacts, échanges, et métissages » (dans le cadre de la journée d’étude « Capitaines, pilotes et marins. Parcours de vie »)
  • jeudi 23 avril, 15h-18h : « Entreprises commerciales et financement des pêches et le commerce au Canada aux XVIe et XVIIe siècles ».

Télécharger l’affiche de ce cycle.

—————————


Journées d’étude «Des bateaux et des morts»

barque-solaire.jpg

Boulogne-sur-Mer, Centre universitaire du Musée, vendredi 13 mars et vendredi 22 mai 2015 

Deux journées d’étude seront organisées au premier semestre 2015 sur le thème « Des bateaux et des morts ». Ces journées permettront d’étudier, dans une optique pluridisciplinaire et à travers des études de cas situées entre l’Antiquité et le XIXe siècle, les rapports entre le bateau et la/les mort(s). Des barques funéraires égyptiennes à la mortalité sur les navires coloniaux, on évoquera les aspects les plus matériels autant que l’imaginaire. 

Responsables scientifiques : Alban Gautier et Éric Roulet

Télécharger le programme des deux journées.

—————————


Nouvelles recherches sur la Syrie antique et médiévale

maysaf.jpg Cycle de conférences de M. Haytham Ali Hassan, Directeur des Missions archéologiques de la Syrie Centrale, Directeur du Département d’Archéologie Islamique à la DGAMS.

Boulogne-sur-Mer, jeudi 26 février, 12 mars et 19 mars après-midi

  • Jeudi 26 février, 14h30 -15h30 : « Raphanée, camp de la IIIe légion Gallica : les résultats de la mission syro-allemande »
  • Jeudi 26 février, 15h30 – 16h30 : « La Crise syrienne et son influence sur l’archéologie en Syrie (2011-2014) »
  • Jeudi 12 mars (dans le cadre de la Journée d’étude pluridisciplinaire « Sécurité et défense des frontières »), 14h-15h30 : « Syrie : champ d’affrontement entre Orient et Occident aux XIIe-XIIIe siècles et rôle de la forteresse comme outil de guerre »
  • Jeudi 19 mars, 14h30-16h : « Le mouvement de la communauté ismaélienne nizarite (dite des “Assassins”) en Syrie : création d’un État entre les Croisés et les musulmans aux XIIe – XIIIe siècles ». 

Télécharger l’affiche.

 —————————


Journée d’étude « Sécurité et défense des frontières »

Alep citadelle Boulogne-sur-Mer, jeudi 12 mars 2015, Centre universitaire du Musée, Salle des Actes

  • 9 h 00 : accueil
  • 9 h 30 : J. Napoli, « Le passage de la frontière romaine : les procédures de contrôle »
  • 11 h : J. Heneman (doctorant Histoire romaine), « Défenses frontalières du Rhin et du Danube : essai d’étude comparative »
  • 12 h : déjeuner
  • 14 h: H. Hassan (DGAMS, Damas), « Syrie : champ d’affrontement entre Orient et Occident aux XIIe-XIIIe s. et rôle de la forteresse comme outil de guerre »
  • 16 h: É. Roulet, « La fortification des Antilles françaises au XVIIe s. »

Télécharger l’affiche et le programme.

 —————————


Séminaire doctoral «Représentations modernes et contemporaines des Nords médiévaux»

timbre-polonais.jpg Année 1 : « Historiographies des Nords médiévaux »

Villeneuve-d’Ascq, Université Lille 3, IRHiS, vendredi 23 janvier
Boulogne-sur-Mer, Centre universitaire du Musée, vendredi 27 mars
Bruxelles, Université libre de Bruxelles, vendredi 29 mai

Trois journées de séminaire doctoral, pour explorer l’émergence et les multiples dimensions de la construction savante de l’Europe du Nord médiévale aux époques moderne et contemporaine. Le séminaire est organisé par l’École doctorale SHS Lille Nord de France, il appartient au réseau RIM-Nor.

Renseignements : Alban Gautier.

Télécharger l’argumentaire du séminaire en français et en anglais, et le programme de l’année 2015.

Les résumés des communications seront déposées au fur et à mesure sur le site du réseau RIM-Nor.

—————————


Journée d’étude « Rébellions lointaines. La contestation coloniale à l’époque moderne »

rebellions.jpg

Boulogne-sur-Mer, mardi 2 décembre 2014

Contrat Labex TEPSIS

ULCO, Site du Musée

Cette journée d’étude s’intègre dans le cadre d’un programme de recherche collaboratif avec l’EHESS et Paris I (contrat Labex TEPSIS (Transformation de l’État, Politisation des Sociétés, Institution du Social).

Les formes de désobéissance collective (émeutes, rébellions, révoltes, insurrections, complots, conjurations, etc.) sont nombreuses à l’époque moderne (XVIe-XVIIIe siècles). Les autorités centrales civiles et religieuses, les pouvoirs locaux sont souvent les cibles de ces mouvements. La colonisation des espaces lointains, l’Amérique notamment, s’accompagne aussi durant la période moderne de nombreux mouvements de contestation contre la métropole qui, en raison des distances importantes, des conditions particulières de vie dans ces établissements et des enjeux politiques, représentent une menace réelle pour la colonisation naissante. Quelles sont les motivations de ces rébellions ? Quels en sont les ressorts? Qui en sont les acteurs ? Comment le pouvoir central réagit-il, à des milliers de kilomètres, à ces remises en cause de son autorité ?

Direction scientifique : Éric Roulet

Partenaires : ULCO, EHESS, Paris I.

Télécharger l’affiche et le programme de la journée.

  —————————


Cycle de conférences à Mexico, «Les indigènes : acteurs de la vie coloniale en Nouvelle-Espagne»

f32.jpg

Universidad Nacional Autónoma de México – Instituto de Investigaciones Históricas : « Ciclo de conferencias : Los indígenas : actores de la vida colonial novohispana »

Eric Roulet, Université du Littoral, Boulogne-sur-Mer, Francia

29 y 30 de septiembre y 1 de octubre de 2014

  • Lunes 29 de septiembre : Elites indígenas y autoridades españolas
  • Martes 30 de septiembre : Las formas de la religiosidad cristiana indígena en la época colonial
  • Miércoles 1° de octubre : Permanencia y supervivencia del orden socio-político prehispánico

Salón de Actos
Instituto de Investigaciones Históricas
Circuito Mario de la Cueva, Zona cultural
Ciudad Universitaria, Coyoacán, México, DF, 04510
Informes: 56-22-75-16 y 56-22-75-27
difiih@unam.mx

Toutes les informations sont sur le site https://www.historicas.unam.mx/eventos/2014/conferencias_indigenas_actores.html.

 —————————


Écritures indigènes de la conquête du Mexique à l’époque coloniale

Mexique

Boulogne-sur-Mer, mercredi 5 mars 2014
Séance du matin
Patrick JOHANSSON (UNAM-Mexico) : Récits pictographiques de la conquête dans les codex nahuas.
Bernard GRUNBERG (Université de Reims) : Cristóbal del Castillo et son « Historia de la Conquista »: une vision indigène de la conquista ?
Sylvie PEPERSTRAETE (Université libre de Bruxelles) : Ecritures indigènes de la Conquête – La version de Mexico-Tenochtitlan comparée à celles des autres villes du Mexique central.

Séance de l’après-midi
Patrick LESBRE (Université de Toulouse II) :
Eric ROULET (ULCO) : L’héritage de la Conquête ou comment les caciques disent leur participation à la Conquête à l’époque coloniale.
Jean-Philippe HUSSON (Université de Poitiers) : Un révélateur de l’intégration des Indiens du Mexique à la société coloniale: la danse de la Conquête.

Organisateur : Éric Roulet (eric.roulet[at]univ-littoral.fr)

—————————


Atelier international «Les langues de l’Angleterre médiévale : au-delà du bilinguisme»

Hexateuque BabelUniversité de Poitiers, Hôtel Fumé, Amphithéâtre Pierre Bourdieu, 13 septembre 2013

Atelier co-organisé par le CESCM (Centre d’Études supérieures de Civilisation médiévale, Poitiers) et le HLLI (Boulogne-sur-Mer, équipe CRHAEL), avec le soutien du GDR 3434 (Mondes britanniques).

  • Alban GAUTIER (Boulogne-sur-Mer/HLLI-CRHAEL) et Jean-Pascal POUZET (Limoges/ CESCM) : «Introduction»
  • Olivier SZERWINIACK (Amiens): «Les langues dans les îles Britanniques selon l’Histoire ecclésiastique de Bède le Vénérable». L’œuvre de Bède témoigne de la situation de plurilinguisme que connaît la Grande-Bretagne au début du Moyen Âge : Bède identifie selon les passages quatre ou cinq langues (celles des Bretons, des Irlandais, des Pictes et des Angles, ainsi que le latin, langue commune à tous les peuples chrétiens), mais il mentionne aussi à l’occasion la langue des Francs (dont la nature a fait l’objet d’une discussion au cours de l’atelier) et le grec. Son œuvre permet surtout de constater les rapports de contigüité entre ces langues, qui s’observe tout particulièrement dans son traitement des toponymes insulaires.
  • Jean-Pascal POUZET (Limoges/CESCM) : «Multilinguisme et codicologie aux XIIIe-XIVe siècles : nouvelles approches». La coexistence de plusieurs langues dans un même manuscrit peut être étudiée en termes codicologiques : comment s’organise matériellement la proximité entre les « langues matrices » des divers textes qui se retrouvent dans un même manuscrit ? La continuité entre deux textes écrits dans des langues différentes est-elle intentionnelle, voulue par le copiste, ou est-elle l’effet d’une homogénéisation ultérieure ? L’étude codicologique, menée ici à l’aide d’un vocabulaire technique nouveau, permet de proposer des hypothèses sur le caractère homogène ou non d’un manuscrit.
  • David TROTTER (Aberystwyth) : «Peut-on parler de judéo-anglo-normand ? Textes anglo-normands en écriture hébraïque». Il existe un petit corpus de textes et de gloses en anglo-normand (ou anglo-français) transcrits en caractères hébraïques : dictionnaire biblique, psautier annoté, liste de noms d’oiseaux, lapidaire. La communication a consisté en l’étude de ces textes émanant pour l’essentiel des communautés juives d’Angleterre au XIIe et XIIIe siècle, qui parlaient l’anglo-normand dans leur vie quotidienne et utilisaient l’hébreu comme langue liturgique.
  • Christopher LUCKEN (Paris VIII/Genève) : «Le beau français d’Angleterre : l’invention du bon usage». Il existe un topos dans les textes français et anglais de la fin du Moyen Âge : le français parlé en Angleterre serait de mauvaise qualité, et c’est en France qu’il faut se rendre pour apprendre un français correct. La critique moderne a suivi ce stéréotype : l’anglo-normand a longtemps été vu, par opposition au « francien », comme un dialecte déficient et artificiel. C’est pourtant en Angleterre qu’apparaissent les premiers textes grammaticaux décrivant une norme de la langue française, sur le modèle des grammaires latines. Ainsi les protestations topiques des auteurs anglo-normands concernant la rudesse de leur langue coexistent avec l’enseignement normé du français dans les écoles anglaises : un français réputé « de France » y devient un équivalent du latin, langue normée et policée.
  • Aude MAIREY (Paris I/LAMOP) : «John Gower (v. 1330-1408) ou le multilinguisme en action». Le poète John Gower a écrit une œuvre trilingue, en français, en latin et en anglais : c’est un trait de son œuvre tout à fait conscient, sur lequel le poète propose une réflexion à diverses reprises. Toutefois, les trois langues n’ont ni le même statut ni la même fonction : ainsi, le latin revêt une fonction d’autorité que les deux autres langues ne possèdent pas au même degré ; l’anglais quant à lui a une fonction de divertissement. L’étude des parallèles et des correspondances thématiques entre les trois corpus linguistiques révèle en outre que le latin et le français sont utilisés pour traiter de thèmes comparables, alors que l’anglais est consacré à un univers thématique relativement distinct.
  • Emmanuelle ROUX (Poitiers/CESCM) : «Du multilinguisme ou de l’interaction plurilingue ?». La communication porte sur les traductions en moyen anglais de la Somme le roi, ouvrage de piété portant sur les vices et les vertus, écrit à la fin du XIIIe siècle pour le roi de France par le frère Laurent d’Orléans. Cinq versions différentes (et en grande partie indépendantes) de cette œuvre ont été réalisées en anglais au cours du XIVe siècle, dont deux contiennent des extraits en latin. L’étude fine des traductions, des néologismes, des gallicismes et des mécompréhensions montre que les traducteurs étaient tout à fait à l’aise dans les deux langues. Toutefois, parler de traducteurs « bilingues » n’a guère de sens si l’on utilise le terme dans son acception moderne : en effet, le mode d’interaction entre les locuteurs des langues dans les derniers siècles médiévaux n’a pas vraiment d’équivalent à notre époque.
  • Daniel WAKELIN (Oxford) et Catherine NALL (Londres/Royal Holloway) : «Three into One: Trilingualism and Nationalism in William Worcester’s The Book of Noblesse (1475)». Le XVe siècle est marqué par la préférence croissante pour l’écriture en une seule langue, l’anglais ; la culture des auteurs cependant reste fondamentalement multilingue. C’est ce dont témoigne l’œuvre de William Worcester, auteur en 1475 d’un ouvrage biparti (traité et « codicille » contenant des « preuves documentaires ») sur les expéditions anglaises en France pendant la guerre de Cent Ans. William Worcester lit en anglais, en français et en latin, il s’intéresse aussi à des textes en grec, en hébreu, en gallois ou en cornique ; cependant, il s’éloigne peu à peu de cette diversité pour se concentrer sur l’anglais. Malgré cela, le passage d’une langue à l’autre le temps d’un mot ou d’une expression (« codeswitching ») est fréquent, et il n’est pas rare que, comme Bède quelques siècles plus tôt, l’auteur dise deux, voire trois fois la même chose, en utilisant plusieurs langues. Dans le traité comme dans le codicille, les autres langues sont donc très présentes, mais elles sont souvent cachées : ainsi le français est plus présent qu’il n’y paraît car un grand nombre d’auteurs latins (Cicéron, etc.) sont cités en traduction anglaise, mais à partir de traductions françaises antérieures.

Les travaux de cet atelier ont fait l’objet d’une publication dans la revue Médiévales.

 ————————————


Atelier international «Histoire et archéologie du littoral dans l’Occident romain»

Boulogne-sur-Mer, Palais Impérial, 21-22 mars 2013

Atelier Littoral

Jeudi 21 mars : Histoire et archéologie des ressources maritimes

9h30 : Accueil

  • Nuria MORERE (URJC Madrid) : Sel et salines dans la Péninsule Ibérique et l’Occident romain
  • Joëlle NAPOLI (CRHAEL): Dénomination et usage de la soie de mer dans l’Antiquité

13h : Repas (Les terrasses de l’enclos)

  • Christine MACHEBOEUF (CRHAEL) : Les sources de la production purpuraire  en Espagne
  • Présentations  de travaux de Master : Marie-Océane VERLET ; Alexandre MAXANT

Après-midi libre à Nausicaa

Vendredi 22 mars : Histoire et archéologie portuaire

9h30 : Accueil 

  • Nuria MORERE : L´archéologie du littoral hispanique. Sites, échanges, économie
  • Joëlle NAPOLI : Feux de phare dans l’Antiquité
  • Séverine LECLERCQ (CRHAEL): Nouvelles recherches archéologiques à Rihra  (Maroc): approches céramologiques

13h : Repas (L’îlot vert)

  • Corinne BOULINGUEZ (CRHAEL) : Configuration et signification des portae maritimae
  • Présentations de travaux de Master : Laura MARMIN ; Justine CECHOSZ

 ————————————


Séminaire « L’entreprise maritime et coloniale »

Entreprise maritime et coloniale

Journée d’étude organisée par Christian Borde et Éric Roulet, Boulogne-sur-Mer, mercredi 5 décembre 2012.

Programme :

9 h : Jean-Philippe Priotti, « Pourquoi des individus forment une entreprise ? »

10 h : Christian Pfister, « L’amirauté de Dunkerque, acteur essentiel de l’entreprise maritime dunkerquoise (XVIIe-XVIIIe siècle) »

11 h : Gaëtan Obéissart, « Être capitaine de vaisseau à la fin du XVIIe siècle »

14 h : Éric Roulet, « Les associés de la Compagnie des îles de l’Amérique. Portrait des investisseurs »

15h : Christian Borde, « Quand les armateurs s’organisent : entreprise maritime et situation coloniale (vers 1850 – vers 1950) »

————————————


Journée de recherche « Monastères aux confins. Établissements religieux et frontières dans le haut Moyen Âge »

Lobbes

Boulogne-sur-Mer, Centre du Musée, vendredi 16 novembre 2012, 10h30-18h

Programme :

  • Alain DIERKENS (Université libre de Bruxelles), « Les monastères de la Forêt Charbonnière »
  • Anne-Marie HELVÉTIUS (Université Paris VIII), « Les abbatiats aux frontières des royaumes (IXe-Xe siècles) »
  • Michel KAPLAN (Université Paris I), « Défense de la frontière de l’Empire et défense des intérêts d’un magnat : la fondation monastique de Grégoire Pakourianos à Pétritzos (Batchkovo) en Thrace »

Cette journée s’inscrivait dans le cadre des Journées d’étude sur le haut Moyen Âge, organisées avec le soutien la MESHS de Lille, en collaboration avec l’Université Charles de Gaulle-Lille 3, l’Institut catholique de Lille et l’Université de Valenciennes et du Hainaut-Cambrésis.

La journée d’étude s’est ouverte sur la conférence d’Alain Dierkens, qui a posé les bases de la problématique de la journée. Les frontières sont un sujet « à la mode », mais représentent aussi une question délicate, voire polémique, pour les périodes anciennes : peut-on, a-t-on « le droit » de cartographier des limites pour le haut Moyen Âge, ou doit-on les représenter, comme on le fait de plus en plus, par des réseaux de flèches, au risque de l’illisibilité ? Le grand nombre d’abbayes fondées sur une frontière (entre diocèses, provinces ecclésiastiques, regna) au cours du VIIe s. pose la question des raisons de ces fondations. Les exemples de Nivelles et de Lobbes, deux monastères ou complexes de monastères de la Forêt Charbonnière (forêt présentée par les sources et vécue comme une frontière aux VIIe-VIIIe s.) permet d’explorer cette question, qu’Alain Dierkens préfère laisser entièrement ouverte : les explications traditionnellement invoquées (rôle stratégique, rôle logistique, « marquage du territoire » ou « redistribution des forces ») sont en effet peu satisfaisantes.

Anne-Marie Helvétius propose ensuite une communication sur un secteur légèrement plus occidental, la vallée de l’Escaut, et sur une période plus tardive, les IXe-Xe s., où l’Escaut est devenu la frontière entre les royaumes carolingiens de Francie occidentale et de Francie médiane : entre 843 et 925, au fur et à mesure des redéfinitions des royaumes, la vallée de l’Escaut est alternativement frontière ou non de ces royaumes. Au IXe s., le roi s’efforce de tenir les abbayes de cette frontière en en prenant lui-même le contrôle ou en les confiant à des proches : cette pratique concerne non seulement les grands monastères les plus riches, mais aussi, et c’est sans doute une particularité liée à la frontière, des monastères plus petits, qui dans d’autres régions n’attireraient sans doute pas autant l’attention des souverains. L’effet de frontière se fait aussi sentir dans la construction des principautés des comtes de Flandre – dont le contrôle des monastères de frontière est précoce, efficace et plus ou moins continu – et des comtes de Hainaut ou de Louvain – qui ne parviennent que tardivement à réaliser les mêmes objectifs, et de manière imparfaite.

Enfin, Michel Kaplan a présenté un dossier de la fin du XIe siècle : celui de la fondation par le Géorgien Grégoire Pakourianos, un magnat byzantin proche de l’empereur Alexis Comnène, d’un monastère dans la région de Philippopolis (aujourd’hui Plovdiv en Bulgarie). Le typikon (acte de fondation du monastère extrêmement détaillé de plusieurs dizaines de pages,) permet de comprendre les motivations de Grégoire Pakourianos : la fondation a certes pour but premier d’assurer la prière pour le salut de l’âme du fondateur et de membres de sa famille, mais elle sert aussi à fixer la présence byzantine dans une région ouverte aux incursion des Normands d’Italie de Sud et des nomades d’Europe orientale comme les Pétchenègues. La fondation du monastère, construit à la limite de la plaine de Philippoupolis et des monts Rhodopes, s’accompagne donc de la création d’une foire à l’entrée de la plaine et de la construction de forteresses permettant de surveiller la gorge qui donne accès au monastère ; le monastère est aussi doté de biens situé de l’autre côté des montagnes, sur la côte de Thrace et de Macédoine. À nouveau, sans négliger les buts spirituels pour lesquels il a été fondé, le monastère participe du contrôle de la frontière, à des fins stratégiques et économiques.

——————————


Atelier doctoral « Autour de la Première Guerre mondiale dans le Nord »

Boulogne-sur-Mer, Palais impérial, 24 mars 2012, 10h-17h 

Programme :

  • Philippe Diest, « Les places de Dunkerque, Lille et Maubeuge face à l’invasion de 1914 »
  • Chantal Dhennin, « Illies, un village sur la ligne de front, 1914-1915 »
  • Martine Aubry, « Présentation de la base de données sur les monuments au morts (IRHiS) »
  • Frédéric Vienne, « Le journal d’un curé lillois sous l’occupation (1914-1918) »
  • Thierry Bouzard, « La musique militaire dans l’armée française en 1914-1918 »
  • Rémy Porte, « Présentation de la recherche au CDEF (École militaire) et de la base de données Milindex »

Atelier organisé par Xavier Boniface.

—————————————


Journée de recherche « Textes vernaculaires : sources d’histoire pour le haut Moyen Âge »

Ludwiglied

Boulogne-sur-Mer, Centre du Musée, vendredi 6 mai 2011, 9h30-18h

Programme :

  • Marieke VAN ACKER (Université de Gand), « Le creuset carolingien : l’émergence du roman écrit à la lumière des développements linguistiques et sociolinguistiques »
  • Jens SCHNEIDER (Université Paris-Est Marne-la-Vallée), « La fabrique d’une langue : le vieux haut allemand (Althochdeutsch) »
  • Alban GAUTIER (Université du Littoral Côte d’Opale), « La politique linguistique d’Alfred le Grand, roi des Ouest-Saxons (878-899) »
  • Élisabeth RIDEL (CNRS-Université de Caen), « Des textes de marine du XIIe siècle en dialecte normand et anglo-normand : une source pour l’histoire de la navigation au cours du premier Moyen Âge »

Cette journée s’inscrit dans le cadre des Journées d’étude sur le haut Moyen Âge, organisées avec le soutien la MESHS de Lille, en collaboration avec l’Université Charles de Gaulle-Lille 3, l’Institut catholique de Lille et l’Université de Valenciennes et du Hainaut-Cambrésis.La journée a permis, pour la première fois dans le cycle des JEHMA, de réunir des linguistes et des historiens autour d’un même thème, celui de l’écrit vernaculaire. Quatre langues de l’Europe du Nord-Ouest au haut Moyen Âge ont été considérées : le roman au moment de son émergence (M. Van Acker), le vieux haut allemand (J. Schneider), le vieil anglais (A. Gautier) et les dialectes normand et anglo-normand de l’ancien français (É. Ridel).

Plusieurs communications ont permis de souligner et de préciser les implications politiques de l’émergence, voire de la création, de langues écrites autres que le latin, à la fois dans les régions anciennement soumises à Rome et dans les régions situées au-delà de l’ancien limes. Des points communs et des différences ont été mis en lumière : l’importance des textes religieux chrétiens, et en particulier du texte biblique (qui a pu être traduit, glosé, paraphrasé dans les divers vernaculaires) semble ainsi une constante dans la « fabrique » de ces langues. Une vingtaine de personnes ont participé à cette journée : chercheurs et doctorants des universités régionales ou parisiennes, étudiants de licence ou de master de l’ULCO et des universités partenaires.

 ———————————


Atelier doctoral « Le rapport à l’autre dans les mondes ibériques (XVe-XXe siècle) »

Boulogne-sur-Mer, Centre du Musée, 18 février 2011 

———————————


Séminaire « Culture et héritage religieux »

Boulogne-sur-Mer, Centre du Musée, 20 mai 2010, 14h-17h


Ce séminaire est organisé dans le cadre de l’Institut d’étude des faits religieux (IEFR, Université d’Artois).


Programme :

  • Jean-Luc BLAQUART (Faculté de théologie, Institut catholique de Lille) : « Étude du fait religieux et conceptions de la culture »
  • Christian MESNIL (Université du Littoral Côte d’Opale) : « La communication interculturelle et la question religieuse »
  • Olivier ROTA : « Transmettre la mémoire de la Shoah dans le judaïsme contemporain : entre injonction biblique et production culturelle »
  • Charles COUTEL (Université d’Artois, directeur de l’IEFR) : « De l’exposé à l’exposition de Vaucelles : enjeux et défis »

—————————————


Journée de recherche « Guerre et combat dans l’Occident chrétien (IXe-XIIe siècles) »

 Chevaliers Bayeux 

Boulogne-sur-Mer, Centre du Musée, vendredi 7 mai 2010, 10h-18h

Programme :

  • Ryan LAVELLE (University of Winchester) : « Campagnes et stratégies des armées anglo-saxonnes pendant l’époque viking »
  • Xavier STORELLI (Université de Poitiers) : « La mort au combat des chevaliers (XIe siècle – début du XIIIe siècle) »
  • Hélène GALLÉ (Université Lille 3), « La guerre vue par les héros des chansons de geste »

Cette journée s’inscrit dans le cadre des Journées de recherche sur le haut Moyen Âge, organisées en collaboration avec l’Université Charles de Gaulle-Lille 3, l’Institut catholique de Lille et l’Université de Valenciennes et du Hainaut-Cambrésis et avec le soutien la MESHS de Lille.

——————————————


Séminaire thématique « La grande pêche et la guerre »

Boulogne-sur-Mer, Centre du Musée, mercredi 10 mars 2010


La journée d’étude sur « La grande pêche et la guerre » était organisée par Christian Borde, Christian Pfister et Patrick Villiers. Elle s’inscrit dans le cadre du séminaire du GIS d’Histoire maritime.


Téléchargez ici le descriptif de la journée.